Sadaharu Horio et le collectif KUKI

Printemps japonais