Patrick Corillon

St. Eanswythe

2019 – en cours

La commande

La ville de Folkestone se fonde sur un patrimoine anglo-saxon d’importance nationale autour d’Eanswythe, petite-fille d’Ethelbert, le premier roi anglais à se convertir au christianisme sous Augustin. Sainte Eanswythe aurait fondé l’une des plus anciennes communautés monastiques d’Angleterre (vers l’an 630 après J.-C.) sur Bayle, centre historique de Folkestone. Au fil des siècles, un riche patrimoine s’est développé autour du site et de son saint, notamment d’innombrables mystères: un cours d’eau «miraculeux», une mine perdue et la survie presque unique de reliques, probablement dissimulées à l’époque de la Réforme et redécouvertes au 19e siècle.

Une des légendes de Sainte Eanswythe porte sur le ‘miracle’ de l’eau qui monte les collines de la ville. Le quartier de Guildhall Street, qui couvre le « cours d’eau miraculeux » est coupé du centre ville par une nouvelle route à deux voies. Un groupe d’habitants autour de l’église Our Lady and St. Joseph et l’école primaire Stella Maris souhaite imaginer un parcours le long du cours d’eau Sainte. Eanswythe qui a façonné la ville, afin de révéler les signes devenus invisibles et de raconter l’imaginaire de cette histoire dans le cadre de la Triennale de Folkestone.

La Triennale de Folkestone est une manifestation artistique qui produit des œuvres pérennes ou éphémères qui s’inscrivent dans l’histoire de la ville de Folkestone, son environnement, ses habitants.

L'œuvre

L'œuvre proposée par Patrick Corillon est un ensemble de 5 boites en bois et en verre qui seront installées tout le long du cours d'eau. Chaque boite contiendra un jeu à destination des enfants. Les règles du jeu ainsi qu'une partie de l'histoire de la sainte seront inscrites sur l'extérieur des boites. Les jeux ont été inventés par l'artiste pour faire réference à la légende de Eanswythe. Le but du projet est de stimuler l'imagination des enfants avec des jeux de rue qui leur permettront de s'approprier leur espace public.

L'artiste

Poussé par l’espoir d’inventer de nouveaux dispositifs de lecture, Patrick Corillon a inscrit ses récits dans des champs artistiques variés (arts plastiques, théâtre, éditions…). Si ces différentes expressions peuvent, chacune, vivre de façon autonome, elles font partie d’un seul et même univers. C’est un monde mystérieux qui place les questions de notre époque dans la perspective d’un temps long, voire légendaire.

Patrick Corillon travaille entre Paris et Liège et est représenté par la Galerie In Situ — fabienne leclerc.